quelles solutions?

Publié le par laviedephoenix.over-blog.com

arton483.jpg

"Abordons le problème du logement dont on parle de plus en plus dans le monde. Dans la plupart des pays, il y a autant de logements vacants que de logements demandés ! Mais une partie a été vandalisée par les anciens occupants, une partie n’est pas mis à la location car les propriétaires craignent de ne pas être payés !
Ce serait moins coûteux, beaucoup moins polluant et beaucoup plus rapide de résoudre ces deux problèmes plutôt que de construire sans cesse. Par les travaux de réhabilitation, par le suivi des appartements mal occupés, et par une assurance logement mutualisée, pour les propriétaires inquiets.
Dans ce domaine aussi, le pillage des fonds « publics » accroît, dans le budget des ménages, la charge financière liée au logement, à cause de taxes afférentes.
Dans les habitations occupées, de meilleures relations humaines permettraient parfois une cohabitation qui arrangerait  tout le monde. Le fait est qu’il y a de plus en plus de personnes seules, le fait est que les expériences qui ont été faites par des personnes âgées qui louent une chambre à des jeunes, fonctionnent très bien. Il y a aussi celles de quelques paysans : en quête de revenus supplémentaires, ils transforment des parties de fermes en studios et ça marche !
baugemeinschaft_Friedrichsberg.jpg
On peut aussi prendre l’habitude de logements plus petits, plus sobres. Il existe beaucoup d’initiatives, partout dans le monde, de maisons de 40 m2 au sol, autonomes énergétiquement, accessibles aux personnes handicapées, pour un coût de 100 000 euros. Un couple et deux enfants peuvent y vivre.
Les couples en conflits augmentant en nombre, les membres aspirent à vivre séparés, c’est donc souvent, pour un couple, deux appartements !
Né dans les années 70, l’habitat coopératif se différencie de l’habitat traditionnel par la volonté de ses adhérents de développer une autre qualité de vie, un autre rapport au logement basé sur la participation, la convivialité et la solidarité. Regroupés en association dans chaque immeuble, les habitants sont pleinement intégrés au fonctionnement de la coopérative dont ils dépendent et ont à charge l’autogestion des immeubles qu’ils habitent. Appelés « coopérateurs », ils participent tous aux décisions collectives, fonctionnant selon le principe démocratique d’une voix par personne. Sous forme de bail associatif, chaque foyer verse une mensualité à la coopérative correspondant au coût réel du logement, (remboursement et frais de fonctionnement) jusqu’à devenir collectivement propriétaire de l’ensemble de l’immeuble et non individuellement de leur appartement.
La notion d’ « habitat groupé » permet la propriété individuelle avec certaines pièces collectives. Le Crédit Coopératif et la Nef, en France, promeuvent cette formule.
Enfin, « l’habitat léger choisi » est une voie appréciable : il s’agit de l’installation en habitats économes, écologiques et diversifiés comme la cabane, le dôme, la maison en paille, en carton, en bois ou en terre, la roulotte, le tipi, la yourte… Cela défend le respect du droit au logement pour chacun , permet une empreinte écologique réduite au maximum, une revalorisation du patrimoine rural à l’abandon, la possibilité de répondre par soi-même  au besoin vital de se loger, la sauvegarde de la beauté des paysages, la frugalité et la solidarité comme principes de vie. Le législateur doit reconnaître ces installations pour y mettre un cadre utile à tous.
Parfois plus chers que les isolants classiques, les matériaux végétaux offrent de très bonnes performances et ne polluent pas l’air intérieur. Utilisés sous forme de panneaux ou de laine, le choix s’ouvre sur le chanvre, le bois, la paille, le lin, le liège, la ouate de cellulose,… Les enduits chaux-chanvre appliqués sur les murs froids, permettent un bon confort thermique avec une jolie touche esthétique.
maison-en-paille.jpg
====================================================================================================================================================
Le journal Frankfurter Rundschau évoquait récemment le cas de Miriam Kilali, artiste allemande, qui s’est fixé une mission : aménager des foyers pour sans-logis de façon somptueuse. Certains on été évacués en 2011. Après une première réalisation à Moscou, un foyer réhabilité comme un palais italien a été inauguré à Berlin. Baptisé « Reichtum I » (Richesse 1), le projet consistait à transformer en un temple somptueux, l’hôtel Marfino, une carcasse de béton sinistre et couverte de moisissures qui héberge 80 sans-logis. Les résidents ont participé aux travaux. Pour Reichtum 2 ; le choix s’est porté finalement sur la Haus Schöneweide, un bâtiment qui héberge 21 hommes, pour la plupart alcooliques et, pour beaucoup, gravement malades.
The-Haus-Sch-neweide-home-001.jpg
Miriam Kilali avait pour ambitieux objectif de faire de ce bâtiment de 3 étages le « plus beau foyer de sans-abris au monde ».  On a posé des parquets, on a dressé des colonnes de plâtre d’inspiration Rome antique, on a peint les étages de bleu ou vert pastel. 100 000 euros de dons ont été consacrés à ce projet berlinois qui avait pour objectif de redonner « joie de vivre  et courage » à ces 21 hommes que la société ignorait. Les résidents ont très vite pris leurs marques et l’un d’eux, Jurgen Roschner, affirme n’avoir plus envie d’en sortir. « Que ferais-je dehors où rien n’a changé ? » précise-t-il.
Bref, il y aurait beaucoup de solutions au problème du logement si on avait un autre état d’esprit, si notre société évoluait."
                                                                  Jean-Marc Governatori

Commenter cet article

joe 23/08/2011 19:53


Grande HDR. Illutrée très bonne


mato sapa 25/05/2011 19:44


en attendant, on a tendance à cacher ce qui nous dérange. But, the world is changing
l'ouverture se fait avec le coeur


laviedephoenix.over-blog.com 30/05/2011 18:40



et la porte est de plus en plus grandment ouverte!!


 


zetem



Michèle 25/05/2011 17:30


TU VOIS JUSTE
et les commentaires en disent encore plus
les solutions il y en aurait mais il faut le vouloir et surtout oublier la politique et le fric
oui l'Abbé avait raison et son oeuvre se poursuit avec les compagnons d'Emmaüs mais où sont les bonnes volontés , les bénévoles pour entreprendre cette grande oeuvre ? humanitaire ?
gros bisous et que tu continues à remuer les consciences c'est formidable :)


laviedephoenix.over-blog.com 30/05/2011 18:39



merci ma tendre michèl...oui, il y a des gens bien..peut-être pas assez hauts placés, mais si nous nous donnions tous la main, o, pourrait arriver à bien des belles choses ensemble!


 


je t'aime ma chérie



Crisis 25/05/2011 09:58


Coucou Es
Par chez moi, deux casernes ont été désertés par l'armée suite au regroupement des militaires voulu par notre président. Résultat : une centaine de logements abandonnés avec pour l'instant aucun
projet de réhabilitation.


laviedephoenix.over-blog.com 30/05/2011 18:38



tu vois? le recyclage pourrait se faire partout, mais non! on préfère penser à notre bein-être au lieu de celui des aures. et pourtant, notre bien être passe bel et bien par celui des autres
d'abord.


 


avez-vos pensé à proposer un projet au maire, pour réhabiliter ces lieux?


 


tendresses



Mamapasta 24/05/2011 22:25


Et avant tout éduquer pour que les logis ne soient pas vandalisés plus vite qu'ils ne sont restaurés ..Quand à l'isolation végétale....j'ai le spécaliste sous la main!


laviedephoenix.over-blog.com 30/05/2011 18:41



oui, j'ai pensé à cela dans mon projet aussi..il va falloir des bails speciaux qui prévoient des controles inoppinés, pour garder les habitats dans des bonnes conditions!